Vous êtes ici

Archive

Il y a 11 mois 4 semaines

 

EN LIVE ce samedi 5 décembre 2020 à 17h30 !

 

Après en avoir prélevé des échantillons en deux sites, la sonde Hayabusa2 de l’agence spatiale japonaise (JAXA) a quitté l’astéroïde Ryugu le 19 novembre 2019 pour la Terre. La capsule contenant les échantillons devrait atterrir ce samedi 5 décembre 2020 vers 18h40 (heure de Paris) dans le désert australien de Woomera. Une fois récupérée, elle devrait être ensuite rapidement acheminée à l’ISAS, le laboratoire spatial de la JAXA dans la banlieue de Tokyo, dans lequel les échantillons seront extraits puis stockés en enceintes ultra-propres pour être caractérisés.

Il y a 1 année 1 semaine

Les astrophysiciens estiment que près de 40 % de la matière ordinaire qui constitue les étoiles, planètes et galaxies, demeure inobservée, cachée sous la forme d’un gaz chaud dans les méandres de la toile cosmique. Des scientifiques de l’IAS auraient pour la première fois mis en évidence cette matière cachée grâce à une étude statistique innovante de données âgées de 20 ans.

 

Il y a 1 année 2 semaines

La mission OSIRIS-REx de la NASA a réussi le 21 octobre 2020 son approche de l’astéroïde Bennu pour toucher la surface et collecter des échantillons. Lancée en septembre 2016 et en orbite depuis décembre 2018, elle en cartographiait toute la surface, afin de choisir le meilleur endroit pour collecter des échantillons. Retour prévu sur Terre en septembre 2023 !

Il y a 1 année 1 mois

Comment mesurer et visualiser en 3D la composition et la structure d’un grain extraterrestre micrométrique sans le détruire ? Des chercheurs de l’équipe « Astrochimie et Origine » de l’IAS et du synchrotron SOLEIL, en collaboration avec deux laboratoires japonais, ont montré que cela est possible sur des échantillons de l’astéroïde Itokawa collectés par la sonde Hayabusa (JAXA), en couplant la micro-tomographie IR et X.

Il y a 1 année 4 mois

Les surfaces des petits corps glacés du système solaire externe sont altérées par l’irradiation des ions énergétiques solaires et cosmiques. Grâce à une étude expérimentale, des scientifiques de l’équipe « Astrochimie et Origines » de l’IAS et du Florida Space Institute (USA) ont pu estimer ces effets pour certains de ces objets riches en méthanol.

Il y a 1 année 4 mois

La collaboration Planck vient de publier une dernière série d’articles, ce qui porte leur nombre total à 164. L’ensemble de ces articles a été cité plus de 90 000 fois, ce qui démontre l’influence durable de cette expérience pour toute la cosmologie, et notamment pour l’étude de la masse des neutrinos, de la densité de matière noire, des caractéristiques des fluctuations primordiales, de la formation et l’évolution des galaxies et des amas, ou encore du champ magnétique de la Voie Lactée.

Il y a 1 année 4 mois

Les premières images prises par Solar Orbiter, la nouvelle sonde d’exploration du Soleil de l’ESA, viennent d'être dévoilées. Lancé le 10 février dernier, Solar Orbiter a terminé mi-juin sa phase de « recette en vol » et effectué un premier passage rapproché au-dessus du Soleil. Les équipes scientifiques européennes et américaines derrière les dix instruments de la mission ont peu après pu tester pour la première fois à l’unisson la suite complète d’instruments.

 

Il y a 1 année 4 mois

Malgré les contraintes sanitaires limitant drastiquement les activités techniques à l’IAS et les entrées au Japon, l’équipe de l’IAS est parvenue à intégrer, tester et étalonner parfaitement l’instrument MicrOmega, et à le livrer dans la « curation facility » de la mission Hayabusa2 à l’Institut japonais des sciences spatiales et astronautiques (ISAS), ce vendredi 3 Juillet. Les performances de MicrOmega ont été démontrées excellentes.

Il y a 1 année 5 mois

Bien que des connexions existent entre les objets les plus primitifs du système solaire et les corps planétaires différenciés ayant un noyau métallique, il n'existait pas jusque là d'échantillon qui documente le début de la différentiation planétaire. Des chercheurs ont récemment décrit une lave produite par la fusion partielle très limitée d'un corps chimiquement similaire aux météorites les plus primitives  (chondrites carbonées) et, cristallisée lors de son ascension vers la surface du corps. Cet échantillon est la preuve d'une différentiation partielle de certains corps carbonés de l'extérieur du système solaire et constitue le chaînon manquant d'un continuum entre les comètes et les météorites de fer issues de noyaux métalliques.

Pages

S'abonner à Syndiquer