Vous êtes ici

Astrochimie et Origines

L'équipe Astrochimie et Origines est une équipe essentiellement expérimentale qui combine l'astrophysique de laboratoire à l'interprétation, à la modélisation et aux observations pour l'étude de la matière interstellaire (gaz et poussières) dans différents environnements de notre Galaxie. Ses champs d'études concernent la physique et la chimie du Milieu Interstellaire, la matière primitive silicatée et carbonée dans les météorites et les micrométéorites, ainsi que l'astrochimie des glaces et des silicates extraterrestres et des surfaces astéroïdales par l'intermédiaire de simulations en laboratoire.

S'abonner à Syndiquer

Dernières news

Il y a 3 semaines 1 jour

La mission OSIRIS-REx de la NASA a réussi le 21 octobre 2020 son approche de l’astéroïde Bennu pour toucher la surface et collecter des échantillons. Lancée en septembre 2016 et en orbite depuis décembre 2018, elle en cartographiait toute la surface, afin de choisir le meilleur endroit pour collecter des échantillons. Retour prévu sur Terre en septembre 2023 !

Il y a 1 mois 6 jours

Comment mesurer et visualiser en 3D la composition et la structure d’un grain extraterrestre micrométrique sans le détruire ? Des chercheurs de l’équipe « Astrochimie et Origine » de l’IAS et du synchrotron SOLEIL, en collaboration avec deux laboratoires japonais, ont montré que cela est possible sur des échantillons de l’astéroïde Itokawa collectés par la sonde Hayabusa (JAXA), en couplant la micro-tomographie IR et X.

Il y a 4 mois 5 jours

Les surfaces des petits corps glacés du système solaire externe sont altérées par l’irradiation des ions énergétiques solaires et cosmiques. Grâce à une étude expérimentale, des scientifiques de l’équipe « Astrochimie et Origines » de l’IAS et du Florida Space Institute (USA) ont pu estimer ces effets pour certains de ces objets riches en méthanol.

Il y a 6 mois 3 jours

Bien que des connexions existent entre les objets les plus primitifs du système solaire et les corps planétaires différenciés ayant un noyau métallique, il n'existait pas jusque là d'échantillon qui documente le début de la différentiation planétaire. Des chercheurs ont récemment décrit une lave produite par la fusion partielle très limitée d'un corps chimiquement similaire aux météorites les plus primitives  (chondrites carbonées) et, cristallisée lors de son ascension vers la surface du corps. Cet échantillon est la preuve d'une différentiation partielle de certains corps carbonés de l'extérieur du système solaire et constitue le chaînon manquant d'un continuum entre les comètes et les météorites de fer issues de noyaux métalliques.

Pages