Vous êtes ici

Système Solaire et Systèmes Planétaires

L'activité de l'équipe est orientée selon trois axes principaux : étude des processus d'évolution des corps planétaires du Système Solaire, étude des exoplanètes, et étude des conditions initiales du Système solaire. Plus spécifiquement, il s'agit d'étudier :

 

- les processus d'évolution par observation des corps différenciés (planètes terrestres et géantes, satellites). Ces activités se font grâce à des moyens spatiaux qui permettent des observations depuis des plateformes orbitales ou in situ;

- les planètes extra-solaires par une approche théorique mais également observationnelle à travers les missions COROT, PLATO et ARIEL;

- les conditions initiales de la formation du Système Solaire à travers l'étude de la matière primitive : grains cométaires, météorites, observations des corps primitifs et du milieu interplanétaire.

 

Notre démarche consiste à coupler l'observation, réalisée essentiellement par des moyens spatiaux, le dépouillement de données observationnelles, la modélisation et la simulation de laboratoire. Cette volonté de contribuer aux différentes étapes de la recherche s'appuie avant tout sur une participation directe à la réalisation d'instruments embarqués, avec le souci constant d'associer défis scientifiques et technologiques.

S'abonner à Syndiquer

Dernières news

Il y a 4 années 1 mois


Le service PSUP (Pôle des SUrfaces Planétaires) consiste en un centre de traitement de données de la surface de Mars couplé à un centre de diffusion et de visualisation de données à fortes valeurs ajoutées. PSUP est piloté par l'IAS en partenariat avec GEOPS et l’OSUL (Observatoire de Lyon), et avec un soutien technique du CNES. L'article décrivant ce service a récemment été publié dans la revue Planetary and Space Science.

 

Il y a 5 années 2 semaines

Les images du noyau de 67P / Churyumov-Gerasimenko acquises par les caméras CIVA à bord de Philae avaient révélé un paysage singulier, inattendu, très irrégulier et dominé par des matériaux consolidés. À la suite d'une analyse détaillée, ce site d’atterrissage environnant Philae s’est révélé être unique pour contraindre les conditions passées et présentes à la surface de la comète.

Il y a 5 années 9 mois

Les ravines observées sur Mars seraient produites par l'action de la glace de CO2 en hiver ou au printemps, et non par des écoulements d'eau liquide, comme avancé jusqu'ici. En effet, sous la glace de CO2 chauffée par le Soleil, d'intenses mouvements de gaz peuvent déstabiliser et fluidifier le sol jusqu'à créer des coulées semblables à celles générées par un liquide.

Il y a 5 années 10 mois

On sait depuis l’arrivée de caméras haute résolution autour de Mars que des écoulements se produisent actuellement sur la planète. Il en existe différents types (nouvelles ravines, traînées sombres, dépôts brillants…) et leur origine fait débat : avalanche sèche ? eau liquide ? neige carbonique ? Une étude menée à l’Institut d’Astrophysique Spatiale donne pour la première fois la composition des couches de neige et de glace qui s’accumulent en hiver près de certains écoulements. Ces résultats suggèrent la coexistence de plusieurs mécanismes actuels de formation.

Il y a 6 années 4 mois

Après 7 mois d’hibernation, Philae a donné deux fois signe de vie, peu avant minuit, lors des nuits de samedi à dimanche et de dimanche à lundi. L’espoir de voir Philae se réveiller et de nous le communiquer vient de se réaliser.

Pages