Vous êtes ici

Bepicolombo/SIMBIO-SYS

La mission BepiColombo va être lancée à la fin de l’année 2018 pour observer la planète Mercure à partir de 2026. Cette mission ambitieuse doit permettre d’étudier l’ensemble des aspects de la planète la plus proche du Soleil, depuis son intérieur, jusqu’aux couches les plus externes de son atmosphère, en passant par sa surface.

 

Contacts : Yves Langevin, François Poulet, Mathieu Vincendon

Pour remplir ces objectifs ambitieux, la mission BepiColombo est composée de deux sondes qui vont se mettre en orbite autour de la planète Mercure :

  • La magnétosphère de Mercure sera étudiée par la sonde MMO (Mercury Magnetospheric Orbiter). Mise au point par l’agence spatiale japonaise (JAXA), elle sera placée sur une orbite fortement elliptique lui permettant d’explorer les couches externes de l’atmosphère et du champ magnétique de Mercure sur une grande gamme d’altitude (de 400 km, à plus de 10 000 km).
  •  La surface et l’intérieur de la planète seront analysés par la sonde MPO (Mercury Planetary Orbiter) conçue par l’agence spatiale européenne (ESA). Ce deuxième orbiteur naviguera à proximité de la surface uniquement, entre 400 et 1 500 km. MPO contient 11 instruments, dont le complexe instrumental SIMBIO-SYS, un ensemble d’imageurs dédiés à l’étude de la surface de Mercure, à la conception duquel l’IAS a participé.

L’instrument SYMBIO-SYS

Le complexe instrumental SIMBIO-SYS va permettre de cartographier différentes propriétés de la surface de la planète (unités géologiques, composition des roches, topographie…). Il est lui-même composé de trois instruments :

  • L’imageur à haute résolution HRIC (High Spatial Resolution Imaging Channel) a pour objectif principal de caractériser à haute résolution spatial (jusqu’à 5 mètre en surface) la géologie de la surface de Mercure.
  • L’imageur stéréoscopique STC (STereo Channel) permettra une cartographie avec une résolution 10 fois inférieure (50 m / pixel), mais couvrant l’ensemble de la planète, et en relief.
  •  L’imageur spectral visible et infrarouge VIHI (Visible Infrared Hyperspectral Imager) va réaliser des images de la planète sur plus de 250 longueurs d’onde différentes. Cette information spectroscopique lui permettra d’identifier la composition des surfaces observées.

La contribution de l’IAS

L’instrument SIMBIO-SYS a été conçu par un consortium Franco-Italien sous responsabilité scientifique principale italienne (PI : Gabriele Cremonese). L‘IAS a été en charge du développement du module électronique de gestion des instruments à haut débit et du logiciel embarqué (responsabilité de niveau co-PI assumée par Yves Langevin), ainsi que de l’étalonnage optique et radiométrique de l'ensemble intégré, sous la responsabilité de François Poulet. Les contributions de l’IAS aux opérations en vol puis lors de la phase orbitale autour de Mercure seront coordonnées par Mathieu Vincendon (activités scientifiques) et Vincent Carlier (activités techniques associées à la responsabilité du module de gestion).

 

Image1_IAS_SIMBIOSYS_ME.JPG

Le module électronique de l’ensemble instrumental SIMBIO-SYS, développé par l’IAS

 

Image2_IAS_SIMBIOSYS_Station.jpg

L’IAS réalise au printemps 2015 l’étalonnage radiométrique croisé des trois voies de l’ensemble instrumental SIMBIO-SYS.

 

 

 

Statut du projet : 
En attente du lancement
S'abonner à Syndiquer