Vous êtes ici

Hayabusa-2 Micromega

La mission japonaise Hayabusa-2 a pour objectif l’étude et le retour d’échantillon d'un astéroïde de classe C, "Ryugu". Ces astéroïdes constituent les corps parents des chondrites carbonées, météorites primitives contenant une fraction importante de matière organique (jusqu’à quelques pourcents). Leur étude permet de mieux comprendre les processus de formation des planètes et plus généralement d’avoir accès aux premiers millions d’années du Système Solaire, voire même avant avec l’éventuelle présence de grains pré-solaires. Leur composition, riche en matière organique, est également particulièrement intéressante à étudier afin de mieux contraindre les scenarios de formation et d’évolution de la matière organique dans le Système Solaire.

 

Après une étude de l'astéroïde "Ryugu" depuis l'orbite, la sonde Hayabusa-2 larguera un petit atterrisseur qui permettra de compléter les mesures obtenues depuis l’orbite ainsi que de sélectionner le site de prélèvement d’échantillon. La sonde se posera ensuite à la surface de l'astéroïde et collectera un échantillon qui sera renvoyé sur Terre.

hayabusa_fig1.jpg

Figure 1 :  Image d'artiste montrant le satellite Hayabuza-2 et son atterrisseur MASCOT à bord duquel se trouve MicrOmega

L'atterrisseur, Mascot, d’une masse et d’un volume très réduit (10 kg pour un volume d’environ 30x30x20 cm3) a été développé sous la direction de la DLR (Deutschen Zentrums für Luft- und Raumfahrt) en coopération avec le CNES. Sa charge utile, réduite à environ 2.5 kg comprend l'instrument MicrOmega, un microscope hyperspectral proche-IR développé par l'IAS. Cet instrument aura un rôle central dans les analyses de l'astéroïde de par sa capacité à caractériser à l'échelle des grains la composition minéralogique et moléculaire (composés organiques) de la surface. Plusieurs sites pourront être analysés grâce à la capacité de l'atterrisseur de se déplacer à l'aide d'un système de rebond.

La mission Hayabusa-2 a été lancé avec succès en décembre 2014 et atteindra sa cible fin 2018. Le retour d'échantillon sur Terre est prévu pour fin 2020.

 

hayabusa_fig2.png

Figure 2 : Modèle de vol de l'instrument MicrOmega/Hayabusa-2

 

Contacts : Jean-Pierre Bibring, Cédric Pilorget

 

 

 

 

Statut du projet : 
En phase de croisière
S'abonner à Syndiquer