Astrochimie et Origine

Matière Interstellaire et Cosmologie

Physique Solaire et Stellaire

Système Solaire et Systèmes Planétaires

A la une

Il y a 3 jours 2 heures

Lundi 10 avril dernier, au siège de la JAXA (agence spatiale japonaise) à Tokyo, le Président du CNES J-Y. Le Gall et N. Okumura, son homologue de la JAXA, ont signé un accord de coopération scientifique et technique pour la réalisation de la mission MMX d’exploration de Phobos et Deimos, les deux lunes de Mars. L’objectif premier de cette mission, dont le lancement est prévu pour 2024, est de caractériser les propriétés et la composition de ces deux objets pour en définir l’origine : s’agit-il d’astéroïdes de la ceinture externe, porteurs de composés volatils (eau et composés carbonés), ou d’objets ré-accrétés après que Mars ait subi un impact géant, comme ce fut le cas pour la Lune de la Terre ?

Il y a 3 semaines 6 jours

Une équipe multidisciplinaire impliquant des chercheurs de l'IAS, de l’IPNO, de l’ISMO et du CSNSM à Orsay et de GSI à Darmstadt (Allemagne) a caractérisé en laboratoire les effets des rayons cosmiques lourds sur le changement structurel et la pulvérisation de petites espèces carbonées libérées lorsque les rayons cosmiques, simulés et accélérés à l'accélérateur GSI, impactent un analogue de grain de poussière interstellaire carboné. Les mesures effectuées lors de telles simulations permettent de connaître les processus induits par les radiations observées dans l'espace et leur importance relative. L'objectif de ces études est de fournir des données sur l'évolution de la matière  interstellaire, de comprendre son évolution et de fournir des contraintes aux modélisateurs des environnements astrophysiques.

Il y a 2 mois 2 semaines

Nabila Aghanim, Directrice de Recherche du CNRS à l’Institut d’Astrophysique Spatiale d’Orsay vient de se voir décerner la médaille d’Argent du CNRS, une distinction qui « honore chaque année des chercheurs pour l’originalité, la qualité et l’importance de leurs travaux, reconnus sur le plan national et international, contribuant ainsi au rayonnement du CNRS et à l’excellence de la recherche française ».

Il y a 2 mois 2 semaines

Le Soleil est actuellement dans une période calme de son activité ; le prochain maximum d’activité est prévu dans à peu près cinq ans, mais une forte tempête solaire peut arriver à tout moment, et pas forcément au pic du cycle d’activité solaire. Des scientifiques et des représentants des secteurs industriels pouvant être affectés par les effets de la « météorologie de l’espace » se sont rencontrés au centre de météorologie britannique (UK Met Office) afin de discuter de la façon dont le système FLARECAST de prévision des éruptions solaires doit être construit pour servir au mieux les besoins des utilisateurs.

Pages

S'abonner à Syndiquer