Vous êtes ici

Système Solaire et Systèmes Planétaires

S'abonner à Syndiquer

Dernières news

Il y a 1 mois 1 jour

Le comité des programmes de l'Agence Spatiale Européenne vient de sélectionner la mission ARIEL comme la 4ème mission de classe intermédiaire (budget 450 millions d'euros) du programme « Cosmic Vision ». ARIEL sera lancé de la base de Kourou en Guyane en mai 2028 et sera placé en orbite au point de Lagrange L2, situé à 1.5 million de kilomètre de la Terre. ARIEL est un télescope spatial qui sondera de manière systématique les atmosphères d'un millier de planètes extrasolaires, des géantes gazeuses aux planètes rocheuses, qu'elles soient chaudes ou tempérées autour d'étoiles de différents types. ARIEL mesurera la composition et la structure des atmosphères planétaires, contraindra la nature des coeurs planétaires, détectera la présence de nuages et étudiera les interactions avec l'étoile hôte.

Il y a 5 mois 2 semaines

Yves Langevin, Directeur de Recherche émérite classe exceptionnelle, vient de se voir décerner la médaille Runcorn-Florensky de l'EGU (European Geosciences Union). Cette médaille est attribuée aux scientifiques pour leur contribution exceptionnelle en planétologie. Elle n'a été décernée que 4 fois en 15 ans.

Il y a 7 mois 1 semaine

Le service PSUP (Pôle des SUrfaces Planétaires) consiste en un centre de traitement de données de la surface de Mars couplé à un centre de diffusion et de visualisation de données à fortes valeurs ajoutées. PSUP est piloté par l'IAS en partenariat avec GEOPS et l’OSUL (Observatoire de Lyon), et avec un soutien technique du CNES. L'article décrivant ce service a récemment été publié dans la revue Planetary and Space Science.

 

Il y a 1 année 6 mois

Les images du noyau de 67P / Churyumov-Gerasimenko acquises par les caméras CIVA à bord de Philae avaient révélé un paysage singulier, inattendu, très irrégulier et dominé par des matériaux consolidés. À la suite d'une analyse détaillée, ce site d’atterrissage environnant Philae s’est révélé être unique pour contraindre les conditions passées et présentes à la surface de la comète.

Il y a 2 années 3 mois

Les ravines observées sur Mars seraient produites par l'action de la glace de CO2 en hiver ou au printemps, et non par des écoulements d'eau liquide, comme avancé jusqu'ici. En effet, sous la glace de CO2 chauffée par le Soleil, d'intenses mouvements de gaz peuvent déstabiliser et fluidifier le sol jusqu'à créer des coulées semblables à celles générées par un liquide.

Pages