Vous êtes ici

La première collecte de grains cométaires a commencé pour le spectromètre de masse COSIMA à bord de la sonde Rosetta

11/08/2014 - 17:15

L’instrument COSIMA à bord de la sonde Rosetta va obtenir les premiers spectres de masse à haute résolution de grains collectés à proximité immédiate d’une comète. La caméra de COSIMA, COSISCOPE, réalisée par l’Institut d’Astrophysique Spatiale, permettra de repérer et de caractériser les grains cométaires collectés.

L’instrument COSIMA est sous la responsabilité de l’Institut Max-Planck pour l’étude du système solaire (Göttingen, Allemagne). Les densités de poussières à plus de 3 unités astronomiques (450 millions de km, la distance actuelle du soleil de la comète 67P/ Churyumov-Gerasimenko) sont faibles, et les trois premières cibles (10 mm x 10 mm chacune) ont été exposées pour un mois depuis le 10 Août. L’identification de grains cométaires collectés par les cibles est une étape essentielle.

Pour cela, COSIMA prend des images des cibles avant et après exposition avec une caméra, COSISCOPE, construite par l’Institut d’Astrophysique Spatiale. Deux LED permettent d’éclairer les cibles en incidence rasante depuis deux directions opposées, afin d’identifier des grains de petite taille dépassant de la couche lisse et poreuse de « noir de métal » qui recouvre les premières cibles exposées (voir figure). L’équipe scientifique COSIMA sélectionnera les régions à placer sous le canon à ions pour obtenir des spectres de masses de grains cométaires sur la base des images obtenues par COSISCOPE après exposition en direction de la comète.

 

 

Image d’une première cible obtenue par la caméra COSISCOPE avant exposition à la poussière cométaire fin juillet 2014. La lumière rasante vient de la droite et la résolution de l’image est de 14 µm / pixel. La cible collectrice (10 x 10 mm, à gauche et au centre) est constituée d’une feuille d’or recouverte par une couche fine de nanoparticules d’or (« noir de métal »). Comme le démontre cette image, la cible est presque totalement dépourvue de signatures optiques avant exposition, ce qui devrait permettre d’identifier relativement facilement les grains cométaires collectés.

Crédits: ESA/Rosetta/MPS pour l’équipe COSIMA/ MPS/CSNSM/UNIBW/TUORLA/IWF/IAS/ESA/BUW/MPE/LPC2E/LCM/FMI/UTU/LISA/UOFC/vH&S

Contacts à l'IAS: Yves Langevin @ ias.u-psud.fr , Pascal Eng @ ias.u-psud.fr

Lien vers la communication correspondante sur le blog de l’Agence Spatiale Européenne: Cosima reaches for dust

 

 
S'abonner à Syndiquer